GUIDE : résolution - définition d’une image

GUIDE : résolution - définition d’une image

Avant toute utilisation d’une image il convient de vérifier sa qualité, qu’il s’agisse d’un tirage d’impression ou d’une utilisation en tant qu’illustration d’article de site. Il est donc indispensable de comprendre ce qui distingue la "définition" d'une image de sa "résolution" : tandis que la définition représente un total de pixels, la résolution correspond à une densité de pixels au sein d’une surface. Annoncé tel quel ça peut sembler un peu technique, mais c’est en fait relativement simple. Suivez le guide !

 

QU'EST-CE QUE LA DÉFINITION D'UNE IMAGE ?

C’est tout simplement la surface d’une image, et pour la calculer il suffit donc de multiplier sa largeur par sa hauteur, le tout en unité numérique de « pixels ».

 

Ce qui explique pourquoi pour tout appareil photo numérique (APN) ou smartphone apte à photographier les fabricants mettent en avant leur capacité à délivrer des images à une définition élevée, se livrant ainsi à une surenchère du Megapixels. Or si pour des professionnels cette notion peut revêtir une importance capitale, pour de nombreux amateurs ou utilisateurs occasionnels elle devient vite un détail au delà d’un certain cap. Tout dépend de l’utilisation finale : si vous souhaitez imprimer des affiches 4x3 pour une communication sur des panneaux publicitaires plus votre image aura une définition élevée plus elle sera potentiellement grande et donc exploitable sur de très grands formats. Si vous désirez tout simplement avoir de quoi habiller un article de site web ou de blog, il devient inutile d’avoir une image au delà de sa taille d’écran.

 

Pour l’impression les supports possibles sont tellement nombreux qu’il faut juste vérifier au cas par cas auprès de l’imprimeur ou de l’agence de communication graphique si les images mises à dispositions ont une taille suffisante. C’est d’autant plus une nécessité que selon les techniques d’impressions ces critères peuvent tout à fait varier d’un imprimeur à l’autre, on aura l’occasion d’en parler dans d’autres billets à venir. 

 

Pour alimenter son site web on peut se fixer une limite de taille plus aisément : comme il s’agit d’affichage sur un écran et qu’il est par conséquent inutile d’avoir une image plus grande que ce que peut afficher l’écran en question, il suffit d’aller jeter un oeil soit à sa configuration matérielle personnelle (préférences windows - mac, propriété d’affichages, moniteurs etc…) soit à la configuration matérielle moyenne des internautes.

Sur la base du « qui peut le plus peut le moins » il convient de se baser sur la moyenne haute, et aujourd’hui bien qu’il existe des écrans et des cartes graphiques particulièrement performants qui grimpent aisément jusqu’à des tailles d’écrans de 2560 x 2048 pix, la majeure partie des configuration ne va pas au delà des 1600 x 1200 pixels. Ajoutons à cela que malgré des débits de connexion internet de plus en plus rapide il faut toujours garder un oeil au poids d’une image (qui augmente forcément selon la taille décidée) et on conseille donc assez communément d’éviter d’aller au delà des 1280x1024 pixels.



QU'EST-CE QUE LA RÉSOLUTION D'UNE IMAGE ?

Il s’agit de la densité des pixels au sein d’une image via une unité de mesure en DPI (Dots per inch)qui recense le nombre de points par pouce. Concrètement ça permet de mesurer la répartition du nombre de pixels par rapport à sa définition initiale.

Car les DPI peuvent être « distribués » selon les supports finaux pour déterminer le taux minimum nécéssaire au rendu de l’image afin qu’elle paraisse à l’oeil d’une précision sans défaut. Ce qui est tout à fait pratique pour répondre à toutes les situations.

 

Pour un écran la résolution minimale (voire optimale) est de 72 dpi (d’ailleurs toutes les images que vous trouverez via internet aura cette densité de pixels) ce qui signifie que sur 1 pouce de coté, on aura 72 pixels permettant de bien définir les nuances de l’image. Si vous baissez le nombre de DPI d’une image vous vous retrouverez devant une trame grossière de carrés, mais si vous vous en tenez à ces 72 DPI de base vos images seront tout à fait précises.

Pour l’impression c’est tout à fait différent puisque une belle image imprimée nécessite un minimum du double de DPI que sur écran, et encore ça dépend du type d’impression (impression directe, projection…), ou du type de papier (journal, plastique, papier classique…) c’est pourquoi on table « par défaut » sur une valeur étalon de 300 dpi permettant de couvrir beaucoup de cas.

 

Comme vu précédemment, si on a une image de 1280 x1024 pixels celle ci une définition de 1,3 Megapixels. Partons du principe qu’elle est à 72 dpi puis regardons les informations globales de cette image. On se rend compte que si on l’imprime telle qu’elle on peut obtenir une impression de 45,16 cm x 36,12 cm ce qui est beaucoup (plus grand qu’un format A3) mais en sortie d’impression vous n’aurez pas un résultat net (alors qu’à l’écran tout va bien) et vous aurez un ressenti d’une image « floutée » ou « sale ».

Si pour résoudre ce problème vous décidez juste d’augmenter le nombre de DPI en « surenchantillonnant » vous obtiendrez à l’impression une image à peine mieux et toujours floue parce que dans les faits vous n’aurez fait qu’’augmenter le nombre de pixels d’une image imparfaite. Pour obtenir un résultat satisfaisant vous devez donc « redistribuer » le nombre de pixels mis à disposition à l’origine (bon nombre de logiciels y compris « libres » permettent de faire cette manipulation, sinon Photoshop s’en charge très naturellement). Pour ne pas altérer l’image les 3 champs hauteur / largeur / Résolution doivent être chainés. En passant ainsi à 300 dpi on réalise que la redistribution de pixels diminue considérablement la surface d’impression : 10,84 cm x 8,67 cm soit plus petit qu’une carte postale !

Si vous n’avez pas sous la main un logiciel de retouche d’images, ils vous est tout à fait possible de connaitre la taille d’impression maximale à partir des données largeur et hauteur en pixels. Puisque 1 pouce = 2,54cm et que le DPI optimal recherché est de 300 il suffit de faire une petite opération en croix : (taille en pixels x 2,54) / dpi = taille en cm

Par exemple pour une image de 5472 x 3648 px

(5472 x 2,54) / 300 = 46,32 cm

(3648 x 2,54) / 300 = 30,88 cm

Parfait pour une impression en format A3.

À SAVOIR : 

• La norme de 72 DPI peut désormais paraitre saugrenue puisqu’actuellement la majeure partie des écrans disposent d’une résolution moyenne supérieure à 100 DPI (sans même parler des écrans de type RETINA ou UHD) mais ça demeure une valeur initiale pour un affichage correct sur écran.

• On parle de DPI mais aussi parfois de PPP (Pixels par Pouce) même si ce terme est nettement moins connu. Sur certains logiciels de numérisation d'image on peut le retrouver.

• Lorsque l’on numérise une photo ou un document via un scanner on peut décider de la résolution du fichier. Plus la valeurs est élevée, plus le fichier sera précis. Certains créatifs peuvent profiter de l’occasion pour agrandir un dessin papier puisque scanner un dessin de 10 x 20 cm à 600 dpi, permettra d’avoir la possibilité d’imprimer ensuite à 20 x 40 cm en 300 DPI. 

• Le poids d’une image est déterminé par sa définition et son taux de compression décidé par son format (JPG, GIF, PNG…). Si l’on a une image « exemple.jpg » en 72 dpi qui pèse 1,5 Mo que l’on passe à 300 dpi n’y changera rien. 

[LIEN BONUS] En savoir plus sur la définition d'écran : Définition d'écran sur WIKIPEDIA